Rendez-vous au 01.86.90.19.80

Soins conservatoires: le point sur la carie

Oups, encore une année passée sans aller voir un dentiste !

Vous vous étiez pourtant promis de faire un check-up cette année. Pour changer.

Les visites préventives chez le dentiste, c’est toujours un moyen de s’éviter de futures caries et autres maladies parodontales.

Déjà, c’est récolter des conseils avisés pour savoir comment entretenir sa dentition.

Et aussi, c’est mettre un terme aux petites pathologies naissantes avant qu’elles ne dégénèrent. Bénéficier des petits soins qui conviennent, pour s’éviter de futurs gros soins qui font mal.

Détartrage, scellement des sillons, traitement d’une carie naissante… Voilà les petits soins conservatoires qui peuvent être dispensés durant ces visites. Mais peut-être attendrez-vous finalement d’avoir bien mal avant de vous décider à aller consulter. Dans ce cas, selon le problème, rien ne garantie que votre dent sera sauvée…

Le point sur la carie, l’un des soins conservatoires les plus fréquents.

 

La carie a touché l’émail ou la dentine

Premier pallier, la carie a rongé un peu d’émail dentaire. Elle sera facilement soignée. Les douleurs ne sont pas systématiques à ce stade, d’où l’avantage des visites préventives pour identifier la présence des caries.

Deuxième pallier, la carie a atteint la dentine. Celle-ci se trouve juste derrière l’émail. De couleur jaune, c’est parfois elle qui donne la teinte jaunâtre aux dents, quand l’émail est fin ou érodé et qu’il la rend plus visible.

Dans ces cas-là, ce sont les techniques de la dentisterie restauratrice qui sont mises à l’œuvre.

La dent est creusée. Le dentiste utilise la turbine et la fraise, plus connue sous le nom de « roulette » et dont le bruit en fait frissonner plus d’un.

Peut-être, un jour, sera-t-elle remplacée par un instrument tout doux au son mélodieux.

Mais pour l’instant, vous êtes condamné à supporter ce bruit strident qui s’approche de vos dents tel un moustique enragé.

Le prix à payer pour ne pas avoir anticipé !

Une fois la dent nettoyée, elle doit être rebouchée.

Adios, plombage couleur argent dont la dangerosité pour la santé est largement présumée. Vous ferez votre choix parmi les obturations céramiques, les ciments verres ionomères et les résines composites. En plus d’être de qualité, et non néfastes pour la santé, ces éléments revêtiront normalement la couleur de vos dents. La grande classe.

 

La carie s’est propagée plus loin

Quand la carie a davantage progressé, qu’elle a atteint la pulpe, le nerf ou les vaisseaux sanguins, les soins sont plus importants. Cap sur les techniques d’endodontie.

Alors là, tout dépend de l’ampleur des dégâts.

Le dentiste examine la dent de très près pour savoir jusqu’où a progressé la carie. Et si la pulpe dentaire est touchée, possible que l’heure de la dévitalisation ait sonné…

Aïe, aïe, aïe.

La pulpe dentaire est retirée sous anesthésie.

La dent devient une coquille vide.

Mais cette fin un peu morbide n’est pas forcément une fatalité.

Dans certains cas, la pulpe peut être soignée. Le dentiste réalise une pulpotomie.

Et quand, vraiment, la pulpe dentaire est trop mal en point, la vitalité pulpaire peut encore être préservée en ne retirant que la partie malade. Le dentiste isole et protège alors la partie saine en réalisant un coiffage pulpaire. Mais cette pratique est peu répandue car elle présente un taux d’échec élevé. La délimitation entre la pulpe saine et la pulpe malade est difficile à cerner car il n’existe pas d’outils assez précis. Du coup, la pulpe malade n’est pas toujours retirée dans sa totalité et l’intervention – qui est venue la titiller – accélère la progression de l’infection.

Le coiffage pulpaire est donc réservé aux cas où l’atteinte pulpaire n’est pas très importante, et bien délimitée.